Affaire Recco

fin de la soirée familiale.

Je zappe : faites entrer l’accusé !

Affaires Recco. Il se trouve que je connais les affaires et la famille.

Joseph Recco, accusé du meurtre de six personnes, aveux, rétractation, mysticisme. Monstre froid, sa mère, la mère Recco, figure de Propriano, a réussi à le rendre « sympathique », à l’humaniser. Son deuxième fils Antoine avait, dans le golfe de Valinco, assassiné deux estivantes. Il a pris lui aussi « perpette ».

Le mythe de la tortue géante. Le père Recco lui coupe la tête avec une scie. La carapace est le berceau actuel des fils Recco c’est le malheur ! (avec l’accens corse…)

C’est la chaîne, le chemin de croix !

Joseph Thomy Recco devient un héros, une vedette! Il se prend pour Jésus-Christ. La mère Recco, meurt à 72 ans à Lourdes alors qu’elle faisait son chemin de croix.

Les prisons sont malheureusement occupées par des personnes qui seraient mieux en hôpital psychiatrique. Recco en est l’exemple type.

Dans cette rubrique, j’ajouterai, comme je l’ai déjà fait (article « prisons« ) que l’on doit pouvoir donner la possibilité aux prisonniers de se donner la mort s’il le désire et surtout s’il ne désire pas finir leurs jours sans liberté, sans dignité. C’est aussi le droit à mourir dans la dignité valable aussi pour ceux qui ont été indignes. C’est l’honneur, le hara-kiri japonais. Ceci n’est valable évidemment que si cela s’appuie sur une procédure précise.

2 Commentaires

  1. Ludivine Lars

    Me voilà franchement éffarée.Je suis tombée ce film (notamment à la 2eme minute) : http://www.dailymotion.com/video/xpgwm9_nutelle-moi-une-derniere-fois-les-rois-de-la-suede_musik . Comment osent-il ? Pourquoi rabaisser Jésus-Christ ainsi ? Que faire ?

    Répondre
    1. Bernard

      Le mieux est d’ignorer ce genre de pubs MINABLES et de très mauvais goût. Elles produisent pour moi l’effet inverse. En l’occurrence, je ne pense pas acheter de si tôt cette pâte à tartiner d’autant qu’elle est sursaturée d’acide gras néfastes pour la santé…
      Ce qui me choque le plus c’est d’embarquer des gosses dans ce genre de galère…
      Mais nous sommes (Dieu merci !) dans un pays de liberté ou la censure n’a pas lieu d’être. Alors « que faire ?  » – Ignorons !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

five + 4 =