Revenu existence – Bernard HERON – Curriculum Vitae

Pour le maximum de transparence et pour éviter de me répéter en essayant d’éviter les erreurs et omissions, voici mon « CV » à la demande de ceux qui ne me connaissent pas.

Vie familiale.

Né à Auch en 1945 d’un père Militaire autoritaire issu d’une famille de « cheminot » et d’une mère au foyer, pupille de la nation. Cinq frères et sœurs plus âgés : Jean (décédé), Jacques, Elizabeth (décédée), Geneviève et Maurice.  Marié à Brigitte en 69 nous avons 3 enfants : Bruno né en 71, Bénédicte en 73 et Barbara en 78. Nous sommes les 5B. Une saga a été écrite par Jean avec la contribution parfois sulfureuse de la fratrie.

Formation

  • Scolarité : Primaire à Versailles puis Médéa (1954) – Secondaire à Alger (NDA-Jésuites) puis Nice (au Lycée Massena – Mathelem 1964) – Universitaire à Nice (Facultés des sciences – Biologie 1967) – Reprise à Paris au CNAM en 1977 : Organisation Scientifique du Travail, Initiation aux études juridiques, Économie, Statistiques, Sociologie du Travail, Techniques financière et Comptable)
  • Formation permanente (environ 1 mois/an pendant 20 ans) : Métiers de l’informatique, du management et de la communication.
  • Langues étudiées, pratiquées et oubliées… : Latin, Arabe, Anglais…

Métiers pratiqués :

« Jobs étudiant » divers pratiqués de 1 jour à 6 mois pour subvenir à mes besoins.

  • Nice et sa région (1964-1967) : « Maître nageur » (garderies municipales) – professeur de Physique, Chimie, Sciences Naturelles (cours privé) – débardeur marché gare de Nice – déménageur – commercialisation de la carte American Express dans les hôtels de luxe – employé pour alimenter des vivariums (mygales, serpents,…) – cours privés individuels – babby-sitting – gardien de nuit – terrassier,… en ajoutant à ces « revenus » les gains du bridge, du poker, et de la roulette…
  • En Dordogne (pendant les vacances) : figuration à cheval.
  • Paris et sa banlieue (1967-1970) : Ouvrier dans le polyester pour les nanas de Niki de St Phalle – Magasinier pour alimenter les stands Talon Minute/Clefs minutes et parapluies des Grands Magasins – Tireur de plan intérimaire (AGF) – Documentaliste au CIDJ.
  • Le tout interrompu de mars 68 à juin 69 par un Service Militaire Obligatoire de 16 mois. EOR à Verdun (164ème RI) , « insoumis » en mai 68,  sorti 2ème classe après mutation dans un régiment disciplinaire à Epinal (170ème RI ex-tirailleurs marocains) .

Carrière informatique

  • (1970-1972) – Automobiles PEUGEOT : Formation 6 mois, puis opérateur, pupitreur, préparateur technique, adjoint Chef de salle. Conditions de travail : 3×8. Syndiqué CGT. Considéré comme « meneur ». Carrière impossible. Démission.
  • (1973-1974) – GSI – SSII  : Responsable Clientèle (LACOSTE, SEMARIS,…), Paie Zadig et Eric pour de nombreux clients. Projets : Réorganisation Production. Fusion SSII, absorption.  Pas d’avenir. Démission.
  • (1974-1981) – SCHERING-PLOUGH  – Labo pharmaceutique CETRANE/UNILABO  : Responsable d’une Production de 5 personnes  – Projets : Organisation technique, horaires, migrations. Intérêt : formation CNAM, formations techniques et management. Militant CFDT. Plus de problème. Ennui. Chasseur de tête. Transfert de compétence. Démission en très bons termes.
  • (3 mois en 1975) –  SAVECO  – Grande Surface, Supermarché (euromarché)  suite à démission (et rappel) du Labo précédent. Réorganisation d’une production de 20 personnes. Cobaye des « Codes Barres ».  Avenir douteux. Démission en bons termes.
  • (1981-1984) – AIU – Assurance AIG (American International Group) renfloué dernièrement par le gouvernement aux USA  : Directeur de Production de 20 personnes. Projets : réorganisation, migration. Militant CFDT – « chasseur de tête ». Démission en bons termes.
  • (1984-1989) – SITB , FITB, AXIME, ATOS – SSII informatique traitant principalement la gestion de la Bourse (une vingtaine d’agents de change) et des Banques partiellement ou complètement (UBP) : Responsable de Production de 250 personnes. Projets  : réorganisation des horaires 24h/24 – 7j/7 (négociés avec les syndicats, l’inspection et la médecine du travail),  codification et standardisation des objets informatiques puis,  avec 5 collaborateurs, mise en place du Contrôle de Gestion en liaison avec la Direction Générale et Financière, mise en place de la messagerie d’entreprise, de l’inventaire informatique et général, du calcul des coûts et des budgets. Chasseur de tête. Transfert de Compétence. Démission en très-très bons termes (comme au poker : à la hauteur du « pot » de départ).
  • (1990-1991) CREDIT AGRICOLE – Filiale UNIBANQUE : Directeur de Production de 15 personnes. Projets : Réorganisation des horaires, organisation technique, migration de système. Filiale en sursis. Projet « hara-kiri ». Licenciement. Prudhomme.
  • (1991-1992) – ASSEDIC en complément avec ASSYSTHEME – SSII – Intervention en organisation et formation auprès du CREDIT LYONNAIS, de la BNP et du GAN.
  • (1993-1995) – AUDITHEME  : Création  d’entreprise – Gérant responsable associé avec 4 collaborateurs. Audit d’une filiale CIC (Cicotitre), formateur pour GROUPAMA et les sociétés de formation de CAP GEMINI, de COMPUTEUR ASSOCIATES et d’ATOS à la Direction de Projet, au Contrôle de Gestion Informatique, à la mise en place de Help-Desk, Avant-Projet CAISSES d’EPARGNE, sous-traitant auprès de TRANSICIEL pour l’avant-projet de BOUYGUES-TELECOM (BT) et auprès d’UNILOG (SSII) pour les mises en place de projets SAP. Promesse d’emploi en tant que Directeur Technique chez TRANSICIEL. Arrêt de recherche clientèle. Transiciel se désiste (en attendant la décision de BT). Licenciement amiable avec mon successeur associé et ami. Aucun droit en tant que gérant. Trois mois de sursis avant SDF.
  • (1995-2003)  – TRANSICIEL « les architectes du changement » SSII – Embauché en final en Novembre pour Diriger le projet de mise en place de l’infogérance de BOUYGUES-TELECOM dont la « dead-line » est  juin 96. Tiraillement avec la Direction – Nommé Délégué Syndical CFDT – Fin du projet BT dans les temps (plus de 200 prestataires sur site), puis réponses aux appels d’offre, Interventions pour différentes directions de projets et Audits pour les clients CANAL+, CEGETEL/SFR, FRANCE-TELECOM, CGE, GESTITRES et en sous-traitance pour COMPUTEUR ASSOCIATES en Belgique (pour COKERIL-SAMBRE) et comme formateur à la Direction de Projet pour ATOS formation et pour différentes SSII. TRANSICIEL s’écroule en Bourse. Perte « sèche » : 2 ans de salaires. Absorption par CAP-Gemini. Avant cela : négociation 35 heures en tant que Délégué Syndical-CFDT – horaires souples. Plus de travail qualifié. Négociation de départ. Licenciement.
  • (2004-2007) – ASSEDIC  en attendant la retraite…
  • (2007 – ?????) – Retraite – Actions militantes politiques et associatives diverses

Je n’ai jamais eu le temps de m’ennuyer pendant toute ma carrière. Je me vante de ne jamais avoir fait, ni fait faire d’Heures Supplémentaires. Vive la récupération dans tous les sens du terme.

Activités sociales : syndicales, politiques et associatives

  • Syndicales : FEN – Fédération des Etudiants Nationalistes – au retour d’Algérie (française)… 1962 – Avantage : une carte d’étudiant bien que lycéen. Résultat : écœuré par les « fachos » puis UNEF (1964-1967),  la CGT (1970-1972), la CFDT (1974-1984 puis 1995 – 2004)
  • Politiques : Mondialiste (1965-1967) – PS (1974-1981) Les Verts (2001-2010) – soutien à Yves Cochet, Europe Ecologie LV (2010-2014), court passage à Nouvelle Donne (2014). J’ai décidé maintenant de me consacrer à la promotion du concept de Revenu de Base (RB) dans le cadre du MFRB , association  fédérant tous les courants politiques (ou pas) de l’extrême gauche à la droite « chrétienne ». Ce concept est pour moi la clef de voûte d’une grande métamorphose de nos sociétés… Reprise de la « politique » (novembre 2018) avec Place Publique car c’est l’effondrement qui m’obsède.
  • Associatifs : Comités Vietnam en 65-66 (Nice) – FCPE  de 1976 à 1990 (Paris 14 et 15ème)- Alliance pour un Monde Solidaire et Responsable (Paris) – Associations locales 14ème : Migrants plaisance (5 ans) pour l’aide aux devoirs, Bridgeote (pour la diffusion d’un jeu extraordinaire), Café associatif, OCRA (carrières), Port-Mahon (défense patrimoine), Foyer Arbustes (comité de défense), Ludothèque LUDIDO,  et aussi les associations pour la défense du Revenu de Base : AIRE, UtopiaMFRB et enfin Franc-Maçon (depuis 25 ans) et ADMD Association du Droit pour Mourir dans la Dignité jusqu’à ma mort.
  • Des rencontres militantes qui me confortent dans la mise en œuvre d’un RB3I : Guy Valette CLIC

Loisirs, Passions – Pour information, j’ai toujours passé plus de temps consacré à ma famille, mes loisirs et mes passions que de temps imparti au travail (devenu jeu ?).

« Addict » à la Radio (France-Inter) le matin

Ainsi que les débats, à conditions qu’ils soient correctement animés. Internet permet voir les « loupés » et de compléter par des informations ou des chroniques  proposées par le « bouche à oreille » (Nicolas Bedos,…)

Elle est pas belle la vie ! (- pour nous) « slogan » que je revendique. Lancé par un « grenoblois » à la Calanca, en Corse (1995) puis repris, amplifié et déformé (- pour nous).

Hommage aussi à Jean Ferrat : que c’est beau la vie !

What do you want to do ?

New mail

3 Commentaires

  1. gagniarre jerome

    Je ne suis pas un vert, je suis à l’alliance écologiste et je sais apprécié ton travail.
    J’ai écris mon blog en 2005 et je ne l’ai pas remis à jour. D’ailleurs depuis, on ne dit plus Chi rac mais toilette sèche! Les problèmes de qualité de l’eau ainsi que ceux qui y habitent: poissons et crustacés, ne seraient pas en voie d’extinction!

    J’ai vu le film le revenu de base, et j’ai remarqué une faille majeure à sa réalisation:
    L’argent liquide, c’est bien quand c’est lourd, comme les pièces mais lorsqu’il devient papier, il a des utilisations qui peuvent être très malhonnête.
    Solutions: ôter tous les DAB, et rendre cette argent à celui qui lui appartient: la banque de France! Serge Gainsbourg avait déjà fait un signe par rapport aux billets.
    Ma femme m’engueule à chaque fois qu’il y a 100€ en liquide à la maison parce qu’elle ne sait pas où il disparaît. Au fond, cela me frustre mais elle a raison, et ce revenu d’existence ou revenu de base ne peut pas se faire si on ne redonne pas le pouvoir aux banques (compatibilité).

    Répondre
    1. Bernard

      Je suis désolé de ne pas avoir répondu en son temps à ce commentaire, en particulier pour ce qui est de la monnaie.
      J’ai écrit un article sur le bi-monétarisme. Il vous intéressera peut-être de le lire.
      http://www.generationdemain.org/non-classe/monnaie-unique-commune-revenu-de-base-analogie-sang-lymphe/
      Cordialement

      Répondre
  2. Williams

    Je ne sais pas si tu souviens du stagiaire de l’époque d’Unilabo (biologiste comme toi)
    Tu as complètement bouleversé ma vie professionnelle en me faisant aimer l’informatique. Tu as su me transmettre ta passion !… (Déjà 40 ans !…, et encore en activité …. en informatique !…)
    Tu es encore à mes yeux un homme remarquable qui a beaucoup compté pour moi, et ce CV renforce ce sentiment.
    J’aimerais te revoir.
    A très bientôt

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

three × two =