Revenu de base – Transport – SNCF – Conditions indignes – Témoignage — sécurité – contrôle

Conditions de transport indignes pour un service public

Nous avons acheté par internet des billets aller-retour Paris-Romilly pour moi (67 ans) et ma femme (64 ans). Il n’y a pas de réservation de places possible sur ces trains « inter-cité ». Ce sont pourtant des trains « Grandes lignes » : le terminus est à plus de 3 heures.

  • Aller – samedi 23/06/2012 – 12h12 – Gare de l’Est
  • Retour – dimanche 24/06/2012 – 20h04 – Romilly

Aller – Nous sommes arrivés 10 minutes avant le départ. Le train (court) était déjà bondé et il n’y avait plus la moindre place assises. Nous avons pu entrer dans le wagon mais, très vite, les agents de sécurité de la gare sont intervenus pour « tasser » les voyageurs entre les sièges et sur les plate-formes afin de permettre à une jeune femme (avec un enfant en poussette) de rentrer à son tour dans le wagon. Le voyage de 1h30 a été des plus désagréables : les personnes étaient debout ou assises par terre. Il était impossible de se déplacer ne serait-ce que pour aller aux toilettes… Des enfants en bas âges qui pleuraient… Bref le voyage a été insupportable ! Je plains ceux qui devaient poursuivre…

Retour – Arrivés sur le quai de Romilly, nous avons entendu les usagers habitués se plaindre de ces conditions et que, de toutes façons ils iraient en première classe. Suite à l’expérience de l’aller et après avoir vérifié qu’il n’y avait (de nouveau) pas de places assises en seconde, nous nous sommes installés en première en espérant un contrôle pour dire notre fait. La Contrôleur (femme) présente, intelligemment, a proposé à quelques personnes debout en seconde de rejoindre la première où il restait quelques places. Il est évident que ni à l’aller ni au retour nos billets n’ont été contrôlés. Je pense que le pauvre contrôleur aurait eu beaucoup de mal a assumer sa fonction.

Question : Comment se fait-il que la SNCF ne soit pas capable de gérer ce type de trafic ?

Remarques et commentaires  : Celui-ci pourrait très bien  s’anticiper grâce à la vente des billets (date-heure). De plus, les planifications dites « aléatoires » se gèrent maintenant très bien en organisation grâce à l’informatique et aux statistiques. Au pire, il devrait toujours être possible d’ajouter au dernier moment des trains supplémentaires ou de les « coupler ».

Cela pose aussi le problème de la sécurité dans les transports. Il ne faut pas s’étonner que des voyageurs puissent perdre le contrôle et s’en prennent au contrôleur présent lorsqu’il « ose » se présenter.

Comme nous sommes sur un site prônant le Revenu de Base. Si les transports publics de proximité (hors TGV) étaient « gratuits », le problème serait moindre car ce qui choque les usagers, c’est de devoir payer pour des conditions lamentables et indignes.

Cela ne donne pas envie de laisser sa voiture polluante au bénéfice d’un transport en commun…

Cet article a été transmis  le 24/06/2012:

  • Par courrier formulaire au Service relation Clients SNCF – 62973 ARRAS Cedex 9
  • Par e-mail (pp-dtpp-sdsp-berp-qualite@interieur.gouv.fr) au responsable d’accessibilité du département.

 

2 Commentaires

  1. Dominique

    Oui c’est souvent le parcours du combattant les voyages en train. C’est ce qui fait leur charme non… Non d’accord 🙂

    Répondre
    1. Bernard

      AH ! Le charme des voyages en train… Trans Europe Express… Wagons lits… Quel bonheur de débarquer à Venise ou à Vienne après 15 heures de voyage.
      Pour revenir à ces petits trajets d’enfer, j’ai reçu une lettre « officielle » de la SNCF refusant de reconnaître son inefficacité… Le service public a du souci à se faire !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

forty four + = forty five