Revenu existence – Puissance par le Gratuit – Bruno Martin Vallas

La puissance par le gratuit

Par Bruno Martin Vallas.

En référence à Michel Serres, « on trouve autre chose que ce que l’on cherche » BMV ajoute

  • le téléphone c’était pour écouter l’opéra dans son salon
  • cherchons le revenu de base ou la croissance par et pour le gratuit : on trouvera un nouveau monde

J’ajouterai cette phrase de Marcel Pagnol : Tout le monde savait que c’était impossible. Il est venu un imbécile qui ne le savait pas et qui l’a fait.

La puissance par le gratuit c’est l’ inverse de distribuer gratuitement,
L’inverse de prendre aux riches pour donner aux pauvres,
L’inverse de ne pas faire payer à certains ce que d’autres se dépensent à produire

C’est travailler à rendre ou maintenir gratuites davantage de richesses pour tous et chacun.

Aujourd’hui l’air respirable ne se facture pas mais l’eau potable oui…
Dans les deux cas la nature nous les donne sains pour nous
Et dans les deux cas nous détruisons les deux,
Mais dans notre amalgame vicieux actuel où richesse égale argent, pour croire augmenter nos richesses en créant enfin des emplois, nous nous mesurons moins riches quand ne polluons pas encore assez l’ air pour rendre enfin son retraitement nécessaire.

Nous nous mesurons moins riches par l’air encore respirable et plus riches par l’eau non potable car elle a besoin d’activité et d’ emplois pour redevenir potable. La croissance du gratuit, se fait par un tripode, le tripode préventif + productivité amont + redistribution PAS vicieuse
c’ est davantage de richesses par moins d’ argent,
ce sont davantage d’ emplois moins payés pour une population plus riche et plus libre
c’est augmenter les richesses par destruction systématique des emplois actuels
davantage de richesses par moins de travail par en préventif et productivité amont un peu plus de travail mieux fait, pour en aval beaucoup moins de travail de réparations,

axe 1/
la productivité amont c’est dans la conception des processus de fabrication, pour les transformer vers produire le double avec la moitié

C’est l’ inverse de la productivité aval qui elle transforme l’exécution de ces mêmes processus vers la hausse de l’esclavagisme et des maltraitances du travailleur

Axe 2/
le préventif c’ est pour éviter en amont les destructions aujourd’hui cultivées pour fabriquer les marchés et emplois des besoins en réparations.

– Pour les activités privées, c’ est inverser la non protection actuelle des richesses collectives en ré-
internalisant les coûts aujourd’ hui externalisés.
o Telles ici, pour l’ air ou l’ eau, c’est le pollueur payeur, faire payer les destructeurs en
amont pour qu’ils rendent propre ce qu’ils ont pris propre,
– Pour les activités publiques c’est encore plus simple, c’est inverser le financement systématique de la croissance des problèmes,
o Inverser une politique dite de solidarité qui par ses critères vicieux de redistribution (tout problème y « mérite » une aide, toute aide s’y « mérite » par un problème) incite à la
croissance démographique des populations les plus en difficulté,
o Inverser la croissance des complications administratives, juridiques et fiscales,
§ aujourd’hui volontairement et systématiquement cultivées pour la croissance des
marchés et emplois de fonctionnaires en complications et experts pour nager
dedans
o inverser la croissance de toutes les formes d’insécurités (sociales, militaires, civiles,
sanitaires, de l’emploi, …)
§ aujourd’hui volontairement et systématiquement cultivées pour la croissance
des marchés et emplois de spécialistes en réparations et fabriquants vendeurs
installateurs de prévention ersatz bidon (la croissance des systèmes d’alarme
antieffraction et de surveillance se nourrit de la systématique non culture d’un simple respect mutuel entre individus)

axe 3/
la redistribution pas vicieuse

N’y est qu’un des trois pieds du tripode, l’inversion des redistributions actuelles vers une redistribution égale pour tous et sans condition de montrer le moindre problème,
revenu garanti, revenu d’ existence ou REMEDE (Revenu Economique Minimum d’Existence et de Dignité Européen) de Bernard HERON, ou DIA (Dotation Inconditionnelle d’ Autonomie) des décroissants, ou Revenu garanti inconditionnel ou revenu universel inconditionnel de Paul ARIES, et autres noms pour autres acteurs (Europe écologie, …) mais là dans un tout autre relief avec de bien plus fortes racines,
bien plus sain et durable, car vers davantage de puissance par davantage de compétitivité mondiale, la croissance par le gratuit, c’est tous et chacun de plus en plus riche AVANT les revenus du travail c’est cultiver l’ augmentation de ces richesses par le tripode = préventif + productivité amont + redistribution PAS vicieuse et en prime (cadeau BONUX) puisque que cultiver des individus de plus en plus riches AVANT les revenus de leur travail permet de les payer de moins en moins DANS leur travail, cette destruction systématique des emplois actuels fabrique davantage de compétitivité donc d’ activités et emplois nouveaux,
Ce troisième pied du tripode, la redistribution gratuite, y est l’ inverse d’ un dû en aval mérité pour certains par leurs problèmes, c’ est un outil en amont mérité par tous pour augmenter durablement leurs compétitivité, emplois, créativité et liberté.

En conclusion,
Pour construire, proposer, nous structurer et faire vivre en organisme humanité mondiale capable de mieux vivre ensemble, tous ensemble, dans nos diversités, la base, le chantier principal est d’ améliorer nos choix en systèmes politiques et surtout médiatiques.
Il ne s’ agit pas de vouloir seulement la vision ou seulement l’ouïe, seulement le goût ou seulement le toucher. Pas de lui méchant moi gentil, mort à lui vie à moi.
Il ne s’ agit plus de se faire pièger dans des choix d’ exclusion, capitaliste ou communiste, fasciste ou socialiste. L’ excès en tout est un défaut, rien n’ est poison tout est dans la quantité. Capitalisme et communisme, facisme et socialisme, ont chacun leur place dans l’ organisme humanité mondiale, mais leur place limitée, contenue, contrôlée, coordonnée, canalisée, comme toute énergie dans toute machine.
Oui, aujourd’ hui l’ excès de pouvoir du capitalisme financier fabrique la croissance de l’ argent par la destruction systématique de toutes nos richesses pour l’ augmentation de nos besoins, activités, mal vivre et esclavages. Et pourtant le capitalisme est une bonne chose, un excellent outil … mais un maitre catastrophique.
Pouvoir libérer, manipuler, canaliser, davantage de richesses et de puissance en consommant moins d’ argent et de ressources est depuis toujours la base de toute compétitivité, militaire, économique et médiatique.
Ce que cultive la croissance par le gratuit est l’ inverse de la mendicité.
C’est un « business model » où toute collectivité et ses individus renforcent leur compétitivité et attractivité mondiale.
La croissance par le gratuit est la plus forte arme accessible à toute collectivité qui souhaite cultiver davantage de puissance et de qualité de vie par davantage de liberté, responsabilité et créativité.
Non pas pour tuer le capitalisme, mais pour le re-mettre à sa place, de serviteur, et pas seulement financier.
Il s’agit d’imposer la paix en gagnant la guerre économique mondiale, par la culture du gratuit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

− 4 = six