Témoignage – contrat d’avenir – Auxiliaire Vie Scolaire – AVS

Ma fille pourrait écrire un livre de tout ce qu’elle a vécu et continue de vivre.

Mai 2011 – Elle est « Auxiliaire de Vie Scolaire » AVS auprès de jeunes handicapés. Elle a « démarré » avec un « Contrat d’Avenir ».

Après plus de cinq années d’expérience, elle gagne actuellement environ 700 euros par mois (en région parisienne) et se débrouille comme elle peut : elle vit en collocation,  avec un peu d’aide familiale et une allocation logement de …. 15 euros par mois (un rêve !)

Toutes ces « brimades » alors qu’elle exerce son métier (difficile mais enthousiasmant) avec des compétences reconnues de tous. Outre sa capacité de communication avec les handicapés, elle a des compétences d’infographiste, dessine, peint et sculpte comme une reine (ce n’est pas parce que c’est ma fille…).

Difficile en France de valoriser les acquis ! À plus de 30 ans elle a repris des études pour obtenir un diplôme d’art thérapie mais celui-ci n’étant pas reconnu et coûtant cher…, elle a abandonné.

C’est une honte de traiter les jeunes de cette manière ! Indignons-nous !

Je reprend cet article. Nous sommes maintenant en février 2013

Barbara est toujours AVS Co, c’est à dire qu’elle travaille toujours dans une classe dans un collège du 15ème avec une dizaine de handicapés. L’an dernier, une exposition a eu lieu au Rectorat de ces jeunes qui se sont exprimés. C’était magnifique !

Pourtant ce métier, car c’en est un, n’est toujours pas reconnu. Depuis maintenant plus de 6 ans elle enchaîne les CDD avec un salaire au SMIC. Cette situation précaire ne lui permet pas d’obtenir un logement. Telle une petite « tanguyette » elle re-vit donc depuis quelques mois en collocation avec « papa-maman ». Est-ce vraiment une situation saine pour une adulte de 34 ans ? Personnellement, je le le pense pas. C’est indigne !

François Hollande dans un de ses discours de campagne avait mentionné les AVS et leur rôle important pour l’intégration du handicap. « On » attend  maintenant des réponses.

Nota : pour être un(e) bon(ne) AVS, il n’est pas nécessaire d’avoir un Bac+x. Il suffit d’avoir les sens du contact humain, ce qui n’est pas donné à tout le monde, en particulier avec de jeunes handicapés. Quand une personne pratique ce métier depuis plus de 5 ans et que ses compétences sont reconnues, alors, elle doit être intégrée l’équipe pédagogique et doit pouvoir évoluer et en qualification et en salaire.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

forty nine − = 48